Notre église de Graimbouville

L'église Saint Pierre, Saint Paul de Graimbouville est un bâtiment protégé par arrêté du 24 novembre 1926 inscrite aux Monuments historiques.
Mobilier classé Monument Historique, conservé dans l’édifice.

L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Graimbouville

Hormis les bras du transept reconstruits au 16e siècle, cette église classée monument historique en 1926 est entièrement romane. Sa nef et son abside de la fin du 11e siècle en font l’une des plus anciennes du territoire.

Son exceptionnelle longévité et la qualité de ses détails remarquablement préservés offrent une leçon d’histoire de l’architecture romane normande. On admire le chœur du début du 12e siècle, les fenestrages, les chapiteaux ouvragés, l’abside décorée de hautes arcatures en plein cintre. A l'extérieur, de fines colonnes font office de contreforts et montent jusqu'à la corniche à modillons du 12e siècle parfaitement conservée.

Sur le mur sud, une pierre tombale retient l’attention : après l’exécution de son époux sous la Révolution, l’épouse du seigneur de Goustimesnil sauva sa tête en offrant sa fille en mariage à Grégoire Canevaro, noble génois. Devenu seigneur de la châtellenie de Graimbouville, il en sera Maire.

"Delphine Pérès, chargée de médiation du Pays d’art et d’histoire."

Le chœur forme la partie la plus ancienne ; selon les datations proposées, il remonte à la fin du XIe siècle ou au premier quart du XIIe siècle.

La nef date du XIIe siècle, mais ses baies sud ont été agrandies au XIVe siècle. On remarquera le tracé des anciennes ouvertures romanes, actuellement bouchées. Les baies nord, avec leur encadrement de briques, témoignent d’inter­ventions plus tardives, au XVIIIe siècle semble-t-il. Quant au bras sud du transept, il offre une élégante construction de pierres de taille du XVIe siècle.

La sacristie, édifiée à l’angle sud-est du transept, est une réalisation du XIXe siècle (1867), par l’architecte Venambre. L’élégante corniche à modillons qui ceinture tout le chevet constitue l’un des décors les plus intéressants de l’église

La nef est couverte d’une voûte lambrissée en berceau dont l’effet est élégant. Son volume est rythmé par quatre entraits qui délimitent ainsi des travées. Son état actuel laisse à penser qu’elle a été profondément reprise à une époque assez tardive, probablement au XVIIIe siècle en même temps que l’agrandissement des baies dans le mur nord.

L’œil est conduit vers le sanctuaire orné d’une arcature romane reposant sur de fines colonnettes à chapiteaux. La travée droite est couverte d’une voûte sur croisées d’ogives, l’abside proprement dite l’est d’une voûte en cul-de-four.

Pour des travaux de maçonnerie et de couverture sur les bras nord et sud du transept, pour des réfections aux contreforts, à l’abside et au mur nord de la nef, la Sauvegarde de l’Art français a accordé une subvention de 17 532 € en 2000.

Avec quatorze autres églises du canton, elle est rattachée à la Paroisse Sainte -Thérèse –des- Ponts- de –Seine ; Diocèse du Havre.

Le presbytère est situé

27 rue Sylvestre Dumesnil

76430 SAINT ROMAIN de COLBOSC

Tel : 02 35 20 51 47

email : stetherese-pontsdeseine@catholique-lehavre.cef.fr